Promenade romantique au Parc de Bagatelle

S'il est un havre de paix, une bulle de verdure et de sérénité au cœur du tumulte parisien c'est bien le Parc de Bagatelle. Ce poumon vert situé dans le 16ème arrondissement, a tout pour être classé parmi les lieux les plus romantiques de la capitale. L'hôtel Niel vous le recommande pour une balade en amoureux.

 

Un écrin de verdure né d'un pari fou 

Le parc de Bagatelle, situé au cœur du Bois de Boulogne, est l'un des quatre sites botaniques clé de la capitale et l'un des plus enchanteurs. Ce magnifique jardin botanique de 24 hectares créé en 1775, né d'un pari entre la reine Marie-Antoinette et le Comte d'Artois, frère de Louis XVI et beau-frère de la Reine, fut conçu en 64 jours. Le Compte d'Artois, futur roi Charles X avait acheté un domaine en piteux état au cœur du Bois de Boulogne alors terrain de chasse des rois de France. Pour accéder aux souhaits de la Reine d' être reçue dignement en ces lieux après son voyage prévu de deux mois et relever le défi lancé par elle, il engagea plus de 900 ouvriers et dépensa plus de 100 000 livres.

 

Promenade romantique et détente à la découverte de la nature 

Le parc fut transformé au fil du temps pour devenir le jardin romantique qu'il est aujourd'hui. Il abrite désormais des pelouses, des arbres gigantesques, des lacs, des bassins où s'étalent des nénuphars et des chemins propices à la balade. Une pagode chinoise et un splendide château dont les plans furent dessinés en une nuit complètent ce décor idyllique qui attire les promeneurs en recherche de quiétude.

Au gré de votre balade, vous aurez l'occasion d'admirer des collections botaniques dont près de 10000 rosiers issus de plus de 1200 espèces de roses, une orangerie et un potager. Votre promenade vous emmènera à également à la découverte de la beauté des iris, des plantes vivaces, et des jardins méditerranéens qui jalonneront votre parcours. Vous tomberez inévitablement sous le charme du cadre on ne peut plus romantique de ce lieu chargé d’histoire.

 

Crédit photo : Giraud Patrick

« Retour aux articles